single news

Principes éthiques et politique de soutien du CQPV

img_4362

Principes éthiques de l’UNESCO

(intégrés par le CQPV le 17 sept. 2016)

  1. Les communautés, groupes et, le cas échéant, individus doivent jouer le rôle principal dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel immatériel.

  2. Le droit des communautés, groupes et, le cas échéant, individus de maintenir les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire nécessaires pour assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel doit être reconnu et respecté.

  3. Le respect mutuel ainsi que le respect et l’appréciation mutuelle du patrimoine culturel immatériel doivent prévaloir dans les interactions entre États et entre communautés, groupes et, le cas échéant, individus, qui sont par ailleurs des citoyens ou des groupements de citoyens*.

  4. Toutes les interactions avec les communautés, groupes et, le cas échéant, individus qui créent, sauvegardent, maintiennent et transmettent le patrimoine culturel immatériel doivent se caractériser par une collaboration transparente, le dialogue, la négociation et la consultation, et sont subordonnées à leur consentement libre, préalable, durable et éclairé.

  5. L’accès des communautés, groupes et individus aux instruments, objets, artefacts, espaces culturels et naturels et lieux de mémoire dont l’existence est nécessaire pour l’expression du patrimoine culturel immatériel doit être garanti, y compris en situation de conflit armé. Les pratiques coutumières régissant l’accès au patrimoine culturel immatériel doivent être pleinement respectées, même lorsqu’elles limitent l’accès d’un public plus large.

  6. Il appartient à chaque communauté, groupe ou individu de déterminer la valeur de son patrimoine culturel immatériel et ce patrimoine culturel immatériel ne doit pas faire l’objet de jugements de valeur extérieurs, sauf à considérer l’octroi d’aide publique en proportion équitable, la reconnaissance publique ou d’autres appuis de cette nature*.

  7. Les communautés, groupes et individus qui créent le patrimoine culturel immatériel doivent bénéficier de la protection des intérêts moraux et matériels découlant de ce patrimoine, en particulier de son utilisation, de son étude, de sa documentation, de sa promotion ou de son adaptation par des membres des communautés ou d’autres personnes.

  8. La nature dynamique et vivante du patrimoine culturel immatériel doit être respectée en permanence. L’authenticité et l’exclusivité ne doivent pas constituer de préoccupations ni d’obstacles à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

  9. Les communautés, les groupes, les organisations locales, nationales et transnationales et les individus doivent évaluer l’impact direct et indirect, à court et long termes, potentiel et définitif de toute action pouvant avoir une incidence sur la viabilité du patrimoine culturel immatériel ou des communautés qui le pratiquent.

  10. Les communautés, groupes et, le cas échéant, individus doivent jouer un rôle significatif dans la détermination de ce qui constitue des menaces pour leur patrimoine culturel immatériel, notamment sa décontextualisation, sa marchandisation et sa présentation erronée ainsi que dans le choix des moyens de prévenir et d’atténuer ces menaces.

  11. La diversité culturelle et l’identité des communautés, groupes et individus doivent être pleinement respectées. Dans le respect des valeurs reconnues par les communautés, groupes et individus et de la sensibilité aux normes culturelles, la conception et la mise en œuvre des mesures de sauvegarde doivent prêter spécifiquement attention à l’égalité des genres, à la participation des jeunes et au respect des identités ethniques.

  12. La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présente un intérêt général pour l’humanité et doit, par conséquent, être entreprise dans le cadre d’une coopération entre parties bilatérales, sous-régionales, régionales et internationales ; cependant, les communautés, groupes et, le cas échéant, individus ne doivent jamais être écartés de leur propre patrimoine culturel immatériel.

  13. La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, dans l’optique du développement durable, doit pouvoir s’appuyer sur des politiques publiques qui favorisent l’action culturelle**.

*Compléments au texte original.
**Extrait des directives opérationnelles précédant les principes éthiques.

Politique de soutien aux désignations légales

En fonction de la Résolution CQPV 16-06-04-H du conseil d’administration, l’AGA adopte la présente politique interne liée aux désignations ministérielles d’éléments du patrimoine immatériel, sur la base des principes éthiques adoptés.

L’objectif est d’encadrer, dans un souci de démocratie, d’éthique, de développement durable et d’accessibilité, les actions de demande de statuts légaux et les manifestations de soutien du Conseil.

La politique constitue un protocole commun favorisant la concertation entre les acteurs ainsi que la capacitation des milieux de praticiens concernés.

Les manifestations de soutien du Conseil pourront prendre la forme d’information, de consultations, d’appui par lettre, d’aide à la rédaction, de support logistique, d’identification des objectifs poursuivis, de rédaction d’un plan de développement, d’analyse de l’image, etc.

Les demandes soutenues par le Conseil devront en outre:

  • Prévoir un mécanisme de concertation à l’échelle du Québec ;
  • Être pilotées par les groupes ou les communautés concernés, en particulier par des instances qui incluent des membres praticiens ou leurs représentants dans leur mécanisme d’adhésion régulier et/ou par des instances dont la pratique de l’élément culturel patrimonial est inscrite dans la mission première. Ces entités devront jouer le rôle principal tout au long du processus.

Le CQPV suggère fortement d’intégrer un plan de développement dans toute demande de désignation légale.

Le CQPV réitère en outre le fait que ces désignations devraient être subordonnées à des programmes ou des stratégies de développement concrets qui permettent d’arrimer différents organismes, ministères, sociétés d’État et citoyens vers un but commun qui prenne en compte l’ensemble de la chaine de développement.

Le CQPV invite le ministre de la Culture et le Registraire du patrimoine à adopter la présente politique comme partie intégrante de leur protocole de désignation légale au titre du patrimoine immatériel.

Prochainement

  • 12 Oct 2017 - 22 Oct 2017
    Festival international du conte Jos Violon
  • 10 Nov 2017 - 12 Nov 2017
    Les Tambours de Portneuf
  • 23 Nov 2017 - 26 Nov 2017
    Festival Trad de Shawinigan

Voir le calendrier

S'abonner au bulletin

Nos coordonnées

Conseil québécois
du patrimoine vivant

310 boulevard Langelier
Bureau 242
Québec, QC G1K 5N3

info@patrimoinevivant.qc.ca

418.524.9090