single news

La veillée de danse comme patrimoine immatériel

La ministre de la Culture et des Communications, Madame Hélène David, a procédé à la désignation de la veillée de danse comme patrimoine immatériel des Québécois le 21 mars 2015 dans le cadre des Veillées du Plateau à Montréal.

Cette annonce est effectuée en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Elle fait suite à une demande du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) et de ses nombreux partenaires.

Le CQPV félicite la ministre ainsi que toute son équipe au ministère de la Culture pour cette reconnaissance.

Lire les discours des président et directeur du CQPV

La danse traditionnelle québécoise

«La veillée de danse est un rassemblement festif basé sur la pratique collective de danses, principalement le set carré, la contredanse et le quadrille. Elle est menée le plus souvent par un câlleur qui indique aux danseurs les pas et les figures à exécuter. Le câlleur dirige la danse avec la complicité de musiciens qui jouent des airs du répertoire traditionnel québécois. La veillée est un temps de divertissement qui relève à la fois du domaine des expressions artistiques et des pratiques sociales. Elle est participative : danseurs expérimentés et néophytes s’y regroupent dans une ambiance conviviale et un esprit communautaire.» (source : Répertoire du patrimoine culturel du Québec).

La veillée de danse est aujourd’hui un symbole d’identité, de fierté, une occasion d’activité physique, un élément de la diversité culturelle mondiale, un lieu d’échange, de dialogue interculturel festif et de partage de notre patrimoine vivant collectif.

Elle fait résonner un corpus de danses traditionnelles transmises de génération en génération, qui tirent en outre leur origine dans les cultures anglo-saxonne, irlandaise, écossaise, française et américaine. Celles-ci sont désormais dansées par des gens de toutes les origines et de tous les âges, et ce, tant de façon amateur, en famille ou pour le loisir, que de façon professionnelle, par plusieurs artistes interprètes, gigueurs ou câlleurs.

Plusieurs dizaines de veillées par année se tiennent dans tout le Québec.

Vers un développement de la danse traditionnelle

Depuis plus de vingt ans, le CQPV œuvre à valoriser le patrimoine immatériel du Québec en regroupant les individus et les organismes concernés par sa connaissance, sa mise en valeur et sa transmission. Il est soutenu au fonctionnement par le ministère de la Culture et possède un statut d’ONG conseil auprès de l’UNESCO.

Le CQPV travaille actuellement à la réalisation d’une étude socioéconomique sur la danse traditionnelle afin de permettre une gestion publique éclairée en la matière. Elle fera suite au rapport sur l’État des lieux du patrimoine immatériel au Québec édité en 2014.

Cette étude s’inscrit dans une stratégie plus large de développement de la culture de tradition orale et gestuelle, dont la volonté s’est notamment manifestée lors des 2e États généraux du patrimoine immatériel au Québec tenus à Québec en mars 2014, qui ont donné lieu à une série de recommandations adressées à la ministre et à son ministère.

La désignation de la veillée représente un pas vers un essor effectif de la danse traditionnelle au Québec, pour lequel plusieurs étapes restent à franchir au sein de diverses instances gouvernementales. Le CQPV demeure confiant que ce geste symbolique permette de favoriser la promotion de cette activité, et surtout, de donner une impulsion vers un plan de développement ministériel incluant une stratégie d’enseignement et de formation. Il souhaite également que la désignation permette d’allouer un meilleur soutien aux associations qui organisent des veillées de danse et qui transmettent cette pratique culturelle à travers le territoire.

Un vidéo promotionnel sur la veillée de danse a été produit par le CQPV grâce au soutien du MCC. Il est disponible également sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Il sera aussi présenté sur les ondes du Canal Savoir prochainement.

_MG_6794

Madame la ministre de la Culture, accompagnée de membres du CA et du DG du CQPV (dans l’ordre: Pierre Chartrand, Marc Bolduc, Cassandre Lambert-Pellerin, Antoine Gauthier, Hélène David, André Gladu, Philippe Jetté et Gilles Garand). Photo: A. Chagnon.

Un documentaire sur le câlleur Jean-François Berthiaume a également été réalisé par Julien Fréchette et produit par Toast Studio, en collaboration avec le CQPV, diffusé sur Canal Savoir. Il fait partie de la série Savoir Faire, qui a reçu le prix Mnémo 2013.

Savoir faire